Nedje

Publié le par Sam

     Par Camille Roussan 

 

Tu n'avais pas seize ans,
toi qui disais venir du Danakil,
et que des blancs pervers
gavaient d'anis et de whisky,
en ce dancing fumeux
de Casablanca.

Le soir coulait du sang
par la fenêtre étroite,
jusqu'aux burnous des Spahis
affalés contre le bar,
et dessinait là-bas,
au-dessus du désert proche,
d'épiques visions
de chocs et de poursuites,
de revers et de gloire.

Un soir sanglant
qui n'était qu'une minute
de l'éternel soir sanglant de l'Afrique.
Et si triste,
que ta danse s'en imprégna
et me fit mal au coeur,
comme ta chanson,
comme ton regard
plongé dans mon regard
et mêlé à mon âme.

Tes yeux étaient pleins de pays,
de tant de pays,
qu'en te regardant
je voyais ressurgir
à leurs fauves lumières
les faubourgs noirs de Londres,
les
bordels de Tripoli,
Montmartre,
Harlem,
tous les faux paradis
où les nègres dansent et chantent
pour les autres.

L'appel proche
de ton Danakil mutilé,
l'appel des mains noires fraternelles
apportaient à ta danse d'amour
une pureté de premier jour
et labouraient ton coeur
de grands accents familiers.

Tes frêles bras,
élevés dans la fumée,
voulaient étreindre
des siècles d'orgueil
et des kilomètres de paysages,
tandis que tes pas,
sur la mosaïque cirée,
cherchaient les aspérités
et les détours des routes de ton enfance.

La fenêtre donnait sur l'Est inapaisé,
Cent fois ton coeur y passa.
Cent fois la rose rouge brandie
au bout de tes doigts fins
orna le mirage
des portes de ton village.

Ta souffrance et ta nostalgie
étaient connues
de tous les débauchés.
Les marins en manoeuvre,
les soldats en congé,
les touristes désoeuvrés
qui ont broyé ta poitrine brune
de tout leur vaste ennui de voya
geurs,
les missionaires
et la foule lâche
ont parfois essayé de te consoler.

Mais toi seule sais,
petite fille du Danakil
perdue aux dancings fumeux
de Casablanca
que ton coeur
se rouvrira au bonheur
lorsqu'aux aurores nouvelles
baignant le désert natal,
tu retourneras danser
pour tes héros morts,
pour tes héros vivants,
pour tes héros à naître.
Chacun de tes pas,
tes gestes,
tes regards,
ta chanson
diront au soleil que la terre t'appartient.



Casablanca, avril 1940

_________________________________________________________________________________________

  Je me laissai donc entrainer par cette compagne,ou plutot par cette énigme inespérée.

  Charles Baudelaire

_____________________________________________________________________________

Commenter cet article

pierre rochette 06/02/2013 18:17

bravo pour votre poème:)))

permettez-moi
de vous offrir
une de mes chansons
qui parle de la vie
d'un artiste-peintre
et du rapport entre
sa vie privé et son art

EN MARCHE VERS UNE VIE PRIVEE OEUVRE D'ART

Ce qui est beau dans la vie privée oeuvre d'art,
c'est d'en être le peintre,
dans un atelier où on doit à la fois
peindre l'infinie joie d'une humanité
qui s'élève peu à peu en soi
et et donner une poignée de main à celui ou celle
qui reprend sa vie d'artiste du quotidien en main.

16 ANS D'AVENTURE

une ière neige sur le lac
un pic bois qui passe en ami
un chien qui marche sur la galerie
deux hommes qui parlent de la vie

une peinture sur le mur
l’homme se lève
me rappelle l’essentiel

sa peinture date de 16 ans
l’homme avait déja 38 ans
était amoureux fou d’une femme
qui tenait dépanneur, corps et âme

pendant que lui
d’un autobus
était chauffeur de vie

travaillait pour
Chevrette transport La Tuque
avait hâte a la fin de semaine
tiens ben ta tuque

rêvait du cap de la madeleine
mais le dépanneur ferme si tard
toute la semaine

en attendant
monte chez son frêre en haut
avec toiles et pinceaux

REFRAIN

sur sa toile
des arbres, des billots et de l’eau
qui dansent l’amour
comme la chute entraêne tout su l’tableau

quand on contrôle pu rien
c’est qu’y a des matins
où l’amour doux
c’est trop fou

quand on contrôle pu rien
c’est qu’y a des matins
où l’amour doux
c’est trop fou

COUPLET 2

y a pu de neige sur le lac
ou est le pic bois mon ami
le chien est en bas d’la galerie
l’homme est dehors avec un sac de voyage

sa vieille peinture
reste sur le mur
avec toute sa magie

un grand amour
c’est tellement fort
que leur ière fille s’appelle Pascale
une ado de 15 ans qui mord
la vie comme à son ier bal

pendant qu’sa soeur
Justine 9 ans
sourit aux étoiles

la femme se meurt d’un cancer
l’homme a finit par jeter sa dernière bière
il doit monter à Trois-Rivières
il sera bientôt père et mère

sa vieille peinture
su l’mur le rassure
sur 16 ans d’aventures

pierrot
vagabond céleste

www.enracontantpierrot.blogspot.com
www.reveursequitables.com

sur google,
Simon Gauthier, video vagabond celeste